Qui suis-je ?

Présentation

J’ai pris la décision d’aider les familles dans leur administratif quotidien, pour favoriser le maintien de leurs proches à domicile, à la lumière de plusieurs facteurs.

Ma persévérance

Pour comprendre ce qui m’aide à avancer, voici en résumé les moteurs de ma persévérance

Sénèque, il y a 2000 ans, disait déjà 

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas, qu’elles sont difficiles !

Ensuite, j’ai à l’esprit une expression familiale toute simple

Toujours viser le trou de souris !

Pour terminer, j’ai toujours une règle pleine de bon sens

Ne pas se mettre de barrières. Si elles se présentent, les sauter !

Vous comprendrez que ces leitmotive sont une indication de ma persévérance pour gérer tout ce qui se présente avec des difficultés apparentes, convaincue qu’une solution doit toujours être trouvée dans l’intérêt des personnes concernées.

Tout est possible, il suffit de se poser, réfléchir et prendre le temps.

Mes formations

Pour réaliser ce projet, j’ai complété mon expérience de plus de 20 années en Ressources Humaines par une formation orientée Gérontologie. Cela afin de me donner une connaissance de la dépendance, tant pour l’aspect physique avec ses évolutions que pour les différentes aides à mobiliser.

Mes deux mémoires ont porté sur toutes ces aides, financières et matérielles, pour favoriser le maintien à domicile, notamment l’APA, l’Aide Personnalisée d’Autonomie.
La soutenance de mon mémoire principal portait sur les raisons de l’entrée en EHPAD, Etablissement d’Hébergement de Personne Dépendante, la chute essentiellement, avec tout son cortège de conséquences.

Je suis donc diplômée du Master Pro, Santé Publique option Gérontologie, obtenu à la Faculté de Médecine de Caen, en 2008.

Mon parcours professionnel

Ma persévérance, mon adaptation, nécessaires à ce projet, trouvent certainement leur origine dans mon parcours professionnel.

Un poste d’Assistante de Direction, d’une petite PME, correspondait à 12 fonctions de la très grosse entreprise que je connaissais en qualité de Cadre des Ressources Humaines, pendant 14 ans. Que dit-on : “Qui peut le plus, peut le moins !” Oui, mais …

L’autre poste était mon savoir-faire, la gestion de la formation professionnelle dans un autre secteur d’activité, toujours dans la Métallurgie mais chez un équipementier, avionneur. Là, je me suis adaptée, une nouvelle fois, avec les particularités d’une très grande entreprise, plus importante que l’équipementier automobile que je connaissais.

Entre ces 2 missions, j’ai rencontré et suivi différentes PME-PMI, interprofessionnelles, en qualité de Conseillère Formation pour monter et gérer leurs Plans de Formation. Ils étaient financés soit par l’entreprise elle-même, soit cofinancés entre l’entreprise, le Département, la Région et l’Europe, le FSE, Fond Social Européen.
Cette fonction consistait à découvrir, faire émerger les besoins de formation de l’entreprise en écoutant son dirigeant.

Le moteur de cette reconversion

Constat

Au moment de la phase terminale du cancer de notre mère, veuve, nous avons été, avec mon frère, confrontés à la question “comment allons-nous gérer ces derniers jours ? comptés !” Cette période de fin de vie, bien que prévisible se vit dans l’urgence, avec notamment, la proposition de sortie, par l’établissement hospitalier, vers notre propre domicile, en accueil familial.
Nous sommes devant la problématique de l’établissement de santé qui soigne et ne peut garder un malade qui ne peut plus recevoir de soins.

L’accueil en EHPAD, Etablissement d’Hébergement de Personnes Agées Dépendantes, dans l’urgence, n’est pas la solution non plus, pour une personne très dépendante. Il reste alors cette solution de l’accueil familial demandé par les professionnels de santé.

Pour différentes raisons, cet accueil familial n’était pas envisageable. Tout d’abord, l’éloignement géographique de notre mère, chez l’un ou l’autre, allait l’isoler de son environnement social. Sans parler des difficultés liées à nos situations familiales respectives. De plus, dans de telles circonstances, les proches ne se précipitent pas pour rendre visite à un malade à une heure, voire 3 heures de trajet aller. Enfin, dans cette tranche d’âge, tous n’ont pas la possibilité de se déplacer, ils sont âgés aussi !

La solution que nous avons retenue

Etant relativement disponible, à cette période, en raison d’une parenthèse professionnelle, et partant du principe que des solutions doivent être et sont toujours possibles, nous avons opté pour l’Hospitalisation à Domicile, HAD.

En parfaite coordination avec le service hospitalier, j’ai tout organisé pour le retour de notre mère à son domicile, avec le maximum de sécurité possible.

Nous lui avons ainsi accordé une fin de vie aussi douce que possible dans de telles circonstances, dans son environnement familial et social. Cet environnement, ajouté aux différents professionnels de santé et auxiliaires de vie, dont une présence de nuit,  lui ont permis de vivre 7 semaines, très bien entourée.

La conséquence : ce projet

J’ai géré tout cela, à distance, dans des conditions que vous pouvez connaître, le quotidien personnel, familial. J’ai mesuré l’impossibilité que j’aurais eue si j’avais été dans un emploi, quel qu’il soit. Je n’aurais jamais pu mettre tout cela en place.

C’est donc suite à ce vécu que j’ai décidé de partager mon expérience personnelle, renforcée par une formation, pour accompagner les familles désireuses de donner le maximum à leurs parents.

Il est important d’explorer des solutions, les imaginer, les chiffrer et les adapter pour le confort de vos parents, vos proches et le vôtre par voie de conséquence. Savoir vos parents installés, organisés correctement vous libérera moralement et vous épargnera beaucoup de maux physiques.